Avertir le modérateur

Qui est responsable de l'endettement de la France ?

Mon blog ici

Et ici

 

D'où vient la dette de la France : Réponse :

D’où vient la dette de la France ?

 

Sous la Présidence du Général De Gaulle, la France ne connaissait pas la dette, elle empruntait comme tout les pays a sa banque centrale la banque de France, ces prêts était a ZERO intérêts, Le trésor remboursant la banque de France avec l’entrée des impots.

 

C’était ZERO dette puisque les prêts était a ZERO % un budget équilibré, bref que du bonheur

 

Jusque la vous avez compris

 

De Gaulle avait un Premier Ministre : POMPIDOU

 

Qui mis en place une loi dès le début de sa mandature signé par lui-même et son ministre des finances Giscard :

 

Le trésor ne pouvait plus emprunter à la banque de France mais aux banques privés avec un taux d’intérêts….. DE 4 %

 

Le début de la dette, voilà le début de la dette, nous avions décidés d’engrosser les banques et les riches qui prêter aux banques pour le prêter à l’Etat, nous étions donc, nous peuple de France les emprunteurs aux riches….

 

Mais pourquoi l’avoir fait ?

 

Sous De Gaulle, Pompidou n’aurait jamais pu faire passer sa Loi, car De Gaulle avait horreur de l’argent et avez dit «  la politique de la France ne se décide pas à la corbeille (sous entendu la bourse…) », pourquoi ne l’avais t’il pas fait ? car De Gaulle l’aurait éjecter immédiatement.

 

Voici donc d’où vient la dette de la France en totalité, depuis cette période nous nourrissons des banques et des fortunes de France qui nous prête à fort intérêt. ( cette régle de notre pays est devenu européenne dans le traites européen obligeant les gouvernements a emprunter aux banques privés et non a leur banque centrale C'est d'ailleurs une partie du traités que la France a négocier, obliger d'inscrire pour tout les pays......, la France l'ennemie de la France ou les politiques ennemies de la France.... 

 

Voilà aussi pourquoi en France les Riches sont totalement exonéré des impots, car on juge qu’il prête déjà leur argent aux banques qui les prêtes au peuple qui doit le rembourser avec fort intérêts.

 

Vous avez compris d’où vient la dette et a qui elle sert….

 

Maintenant travaillez car il vous faut payer cette dette qui est le salaire des banques !

 

(La France Libre)

 

Abgech (Genève) :

Permettez à un étranger de s'immiscer dans ce débat. Mais, propriétaire en France, je me permets de penser que je peux mettre un peu mon grain de sel ici.

En préambule, il faut bien voir que l'augmentation de la dette française (plus de 600 milliards d'€ sous Sarkozy) est essentiellement due au cadeaux fiscaux, plus de 500 milliards durant les 5 dernières années, la crise n'est responsable que d'environ 100 milliards d'€.


Il y a deux façons de résorber un déficit :
1) Diminuer les dépenses,
2) Augmenter les recettes.

On peut faire un mélange des deux méthodes.

Je reprends ici les attendus qui ont motivé la dégradation par S&P d'un certain nombre de pays européens :

"Nous estimons qu'un processus de réforme basé sur le seul pilier de l'austérité fiscale risque de devenir contraire au but recherché alors que la demande intérieure baisse en même temps qu'augmentent les préoccupations des consommateurs au sujet de la sécurité de l'emploi et de leur revenu disponible, érodant les recettes fiscales des pays"

Ces attendus montrent clairement que ce qui est reproché c'est de ne faire appel qu'à la méthode 1).

C'est absolument cohérent avec ce que l'on sait des mécanismes d'une économie en régime capitaliste. Réduire les dépenses revient à contracter la demande et, in fino, réduire l'activité et, partant, réduire également les recettes fiscales d'où, nouvelles économies, nouvelle contraction de la demande ... On est rentré dans un cercle vicieux dont il est difficile, impossible même, de sortir sans modification profonde de la politique économique.
Et dans ce cercle vicieux, c'est toujours les petits qui se mouillent, les gros sont bien à l'abri.

La crise des années trente est symbolique à cet égard : la pauvreté est la misère se sont abattus sur le monde tant que l'on a cherché à économiser.
Ce n'est que par l'application du "New Deal" de Roosevelt que l'économie a pu sortir de ce cercle.
Le "New Deal" était une politique très interventionniste : réforme et contrôle des banques, forte augmentation de la fiscalité, dépenses sociales sous forme d'aide aux chômeurs et au travail, investissements dans les infrastructures, protection syndicales, etc. Bref, une politique que l'on qualifierait d'extrême gauche maintenant, faite par un riche président US, dans un pays voué au capitalisme. Mais c'est cette politique qui a tiré les USA du bourbier de 1929.

Le "New Deal" est l'exact opposé de la politique pro-cyclique poursuivie actuellement par une majorité de pays européens. Évidemment, parler d'économies c'est facile et, surtout, c'est démagogique. Cela plait aux gens qui raisonnent à l'échelle d'un pays (continent) comme ils raisonnent pour la gestion d'un ménage.

Le B-A, BA d'une saine politique économique, c'est de faire des économies durant les années de vaches grasses et, au contraire, de dépenser lorsque l'économie se tasse, il faut mener une politique économique anti-cyclique. Malheureusement, on fait l'inverse la plupart du temps,

Et pour dépenser, sans augmenter la dette, il faut augmenter les recettes.
Il y a plusieurs façon d'augmenter ces recettes :
1) On frappe tout le monde de la même façon par le biais d'une augmentation des taxes (augmentation de TVA par exemple). Là, le remède est pratiquement pire que le mal : les petits revenus, déjà tenus à la gorge, vont encore, par nécessité, réduire leur consommation d'où la perpétuation du cercle vicieux vu plus haut.


2) On frappe uniquement les gros revenus et fortunes, cela n'a pratiquement aucune incidence sur la consommation. Lorsque l'on gagne 10 millions d'€ par an, ce n'est pas parce que l'on paye 500.000 € de plus d'impôts que l'on dépense moins, simplement, on va un peu moins "mettre de côté". Les petits revenus, ne diminuant pas, vont continuer à consommer.

Mais, il y a dépenses et dépenses.
C'est inutile de donner encore plus de revenu à ceux qui en ont déjà de confortables. En revanche, l'augmentation des bas revenus a un impact économique immédiat.
Par exemple, "donner" 10 millions à une personne en gagnant déjà autant ne va rien rapporter en terme économique, ces millions vont être figés et ne vont pas participer au circuit économique. Croyez-vous que si, c'est un exemple, Mme Bettencourt reçoit 10 millions de plus elle va immédiatement dépenser cet argent ?
Au contraire, si l'on partage ces 10 millions entre les "smicard" ou les chômeurs, cet argent est immédiatement consommé et repart dans le circuit économique, on amorce la pompe et on repart dans un cercle, vertueux cette fois.

Alors, tout à fait immodestement, mes propositions pour sortir de la crise :
1) Revoir totalement l'imposition directe (sur le revenu et la fortune). Imposition directe qui doit devenir l'épine dorsale de la fiscalité et représenter au minimum 80 % des recettes fiscale. Ces impôts doivent être fortement progressifs.
2) Symétriquement, diminuer de façon drastique l'imposition indirecte, TVA et taxes diverses, qui, en frappant de façon égale tout le monde, est totalement injuste.
3) Augmentation immédiate des bas revenus.

Rien que ces 3 premières mesures permettraient de sortir un peu la tête de l'eau.


Pour finir, et pour en revenir au Vietnam, un français d'origine vietnamienne, Liêm Hoang-Ngoc (Liêm Hoang-Ngoc - Wikipédia) a de très intéressantes idées sur la fiscalité, idées auxquelles je souscris totalement.

 

Liliane Bettencourt ne payerait que 4% d'impôt

Commentaires

  • Ca va être encore pire bientôt. On a plus un rond devant nous. l'écart se creuse de plus en plus. bientôt, les assédics, les retraites du conjoint pour la veuve, les aides RSA & C° oublions ! Le pays est presque parterre ! A cause en partie des riches, mais aussi tout le fric qu'on file à droite et à gauche...

Écrire un commentaire

Optionnel

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu